Les méthodes d'impression


Impression Letterpress (typographique)

La technique Letterpress est née grâce à Gutenberg (XVe siècle), qui a inventé le principe d’impression par pression de caractères mobiles en plomb et en bois enduits d’une encre grasse.

Elle fut utilisée couramment pour la réplication en masse de livres et de journaux jusqu’au milieu du XXe siècle, jusqu’à l’invention de l’impression Offset.

L’impression Letterpress renaît depuis les années 1980, grâce aux nouvelles possibilités qu’offrent les plaques en métal ou en photopolymère. Le texte et le design sont désormais traités par informatique puis transformés en clichés. Les designers ne sont donc plus limités par la manipulation complexe de lettres en bois ou en plomb et peuvent laisser libre cours à leur créativité.

De nombreux artistes apprécient l’aspect vintage du rendu, l’odeur de l’encre et la possibilité de jouer avec l’enfoncement du papier (débossage). Ce procédé demande une grande maîtrise de la part de l’imprimeur. Une fois le calage réalisé, la vitesse d’impression est relativement élevée. Chaque couleur requiert par contre un nouveau calage et passage sous presse.

Grâce à ce savoir-faire manuel et mécanique, chaque impression reste une pièce originale avec ses propres particularités.

Ses caractéristiques: impression mécanique, beaux papiers, principe de relief, tons directs (couleurs pleines)

 

Impression Riso (risographie)

L’imprimante Riso, développée au Japon dans les années 1980, avait pour but de dupliquer des documents en grand nombre et à bas prix. Bien que son aspect ressemble à une simple imprimante de bureau, son fonctionnement est bien différent. La première étape consiste à créer une maquette (master) de type pochoir en résine polyester. Ensuite, le master est enroulé autour de la cartouche de couleur à l’intérieur de l’imprimante. Par effet de rotation, l’encre passe à travers le pochoir et s’applique sur la feuille de papier. Chaque couleur demande la création d’un master ainsi qu’un nouveau passage en machine. De récents modèles permettent l’impression directement en deux couleurs.

L’encre à base d’huile végétale (soja) est respectueuse de l’environnement. Elle existe en 21 teintes ou en couleurs sur-mesure. Il est aussi possible d’obtenir différents effets par superposition. Grâce à cette encre liquide, l’impression est très rapide (jusqu’à 150 impressions par minute), mais lorsque la feuille de papier sort de l’imprimante, une période de séchage reste nécessaire.

Ces dernières années, l’impression Riso est devenue de plus en plus populaire auprès des artistes, grâce notamment à l’aspect économique de cette méthode, mais aussi par l’autonomie qu’elle procure. L’artiste gère librement chaque étape du processus, de la création à l’impression et il peut réadapter son travail en fonction du résultat. L’idée est de jouer avec les variations d’intensité des couleurs et avec les superpositions de couches. Le fini tactile, les imperfections ainsi que les teintes uniques font la singularité du Riso.

Ses caractéristiques: impression à froid, texture vivante, couleurs spécifiques et vives, technique ludique

 

La sérigraphie

Le procédé d’impression sérigraphique utilise des pochoirs. Ceux-ci étaient à l’origine des écrans de soie; ils ont été aujourd’hui remplacés par le polyamide et le polyester. Cette méthode ancestrale chinoise a été introduite en Europe lors de la Seconde Guerre mondiale par les Américains. Par la suite, de nombreux artistes ont aussi adopté cette technique. Elle était très à la mode dans les années 1970, notamment pour la reproduction d’affiches.

L’encre opaque et l’intensité des couleurs caractérisent la sérigraphie. Ce processus artisanal permet d'imprimer des motifs de façon répétitive sur de nombreuses matières (papier, carton, textiles, bois, plastiques, métal…).

Ses caractéristiques: artisanat, ancienneté, attire le regard

 

Impression numérique

L'impression numérique est une technique utilisant les données informatiques en flux continu directement de l’ordinateur au photocopieur.

Lorsqu'il s'agit d'impression laser (ici imprimante Xerox IGen4), les images peuvent être reproduites grâce au toner qui est une encre en poudre constituée en majeure partie de fines particules de matière plastique, de résine et de pigment magnétique. Cette encre est appliquée sur la feuille de papier par polarisation, puis chauffée pour être fixée.

Mais l’impression peut aussi être à jet d’encre, c’est-à-dire qu’elle est faite par projection d'encre liquide par des têtes d’impression sur un support papier.

Dans les deux cas, l’impression numérique permet de reproduire une large gamme de couleurs à partir de trois couleurs élémentaires (cyan, magenta, jaune) auxquelles on ajoute le noir. On parle ainsi de quadrichromie ou CMJN.

Ses caractéristiques: utilisable pour des petits comme pour des larges tirages, rapide, flexible